contact card X

menu

Générateur d'économies

TURPE 6 vs TURPE 5 : ce qui change pour les professionnels

Analyse

Dans un contexte où le marché de l’énergie et de l’électricité connait de grands bouleversements, le TURPE 6 en est un signe fort. Dès le 1er août 2021, il entre en vigueur avec de nouvelles réglementations conçues par la CRE. Qu’en est-il concrètement ? A quoi faut-il faire attention ? Est-ce que le TURPE 6 impacte toutes les entreprises de la même façon ? Comment limiter les augmentations de tarif ? Quel sera le tarif réel de l’électricité ?
Chez RSW.net, nous avons décidé de vous apporter une analyse de ces évolutions et de leurs conséquences sur le poste énergie électrique et sa facturation. C’est pourquoi nous ouvrons le bal avec le décryptage du TURPE 6 pour les consommateurs HTA et BT>36 kVA.

Source : Délibération de la CRE du 21 janvier 2021
Image par jplenio de Pixabay

Qu’est-ce que le TURPE ?

Le TURPE c’est le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité, fixé par la Commission de Régulation de l’Energie, la CRE. C’est une composante du prix de l’électricité ; celle qui permet de financer les coûts de l’acheminement de l’électricité, de l’entretien, des dépannages et la modernisation des réseaux de transport et de distribution.

Le TURPE = le prix de l’acheminement de l’électricité sur vos factures

Le TURPE est payé par l’ensemble des consommateurs raccordés au réseau électrique. Il est collecté par le fournisseur, qui le reverse à l’euro près à RTE pour le transport de l’électricité, et à ENEDIS et aux Entreprises Locales de Distribution (ELD) pour la distribution d’électricité. Son tarif est commun, il ne se négocie pas avec votre fournisseur. Ainsi, à compteur égal et offre d’électricité identique, vous payerez le même tarif d’acheminement que vous soyez chez EDF ou chez n’importe quel autre fournisseur d’électricité. Plus ou moins détaillé selon les fournisseurs qui sont libres de sa présentation sur vos factures, le TURPE est composé de nombreuses lignes et statuts affichés :
– échu (facturation au réel)
– échoir (facturation estimé)
– repris (régularisation)
L’abondance de ces lignes sur les factures rend le TURPE inaccessible aux consommateurs et donc très difficile à optimiser seul.

TURPE 6 : la revalorisation de la Puissance dans le tarif de l’électricité

L’objectif du TURPE 5 bis était d’assurer le financement des coûts d’utilisation des réseaux et d’inciter les utilisateurs à réduire leur consommation lors des périodes critiques pour le réseau. La tarification pénalisait donc les usages en heures de pointes, notamment les pointes de consommation hivernales, et favorisait indirectement le client en dehors de ces périodes.
L’objectif du TURPE 6 est différent. Il est destiné à répondre aux enjeux prioritaires de la transition énergétique, pour laquelle RTE et Enedis engagent de lourds investissements : bornes de recharge des véhicules électriques, l’autoconsommation, flexibilité, prise en charge des injections intermittentes des EnR, stockage, etc. Dans ce contexte, les objectifs ne peuvent plus être subventionnés par les seuls clients consommateurs des heures de pointe.

Le TURPE 6 change donc de paradigme en choisissant de rééquilibrer la tarification à la puissance et la tarification à l’énergie.

« La tarification à la puissance souscrite incite chaque utilisateur à limiter sa pointe individuelle et permet de ce fait de limiter la pointe de réseau (…). A puissance de pointe égale, ceux présents le plus longtemps pendant les périodes les plus chargées génèrent plus de coûts de réseau que ceux présents pendant seulement une partie de ces dernières, ce qui est reflété dans la tarification à l’énergie soutirée. »

Source CRE

Avec le TURPE 6, les appels de puissance, aux répercutions préjudiciables sur le réseau électrique sont enfin pris en compte. On ne peut plus consommer sans se soucier de son profil. C’est la fin de l’idée reçue que seul le prix du kWh influence la facture d’électricité.

Les évolutions tarifaires douces voulues par la CRE ne bénéficient pas à tous les types de consommateurs

Pour éviter une trop forte hausse des tarifs, la CRE a retenu une augmentation tarifaire progressive et lissée sur 4 ans.

La CRE a arbitré entre la demande d’Enedis et RTE qui souhaitaient une hausse tarifaire à la hauteur des investissements imposés et celles des consommateurs qui souhaitaient minimiser les conséquences sur les factures. Cependant, les systèmes proposés laissent une partie des consommateurs professionnels en zone grise. Nous avons même identifié des situations pour lesquelles c’est la double peine, aucun des avantages compensateur ne pouvant être déclenché.

Regardons concrètement ce qui se passera sur les 4 prochaines années pour les HTA et les BT
évolutions moyennes des coefficients tarifaires entre juillet 2021 et aout 2024

HTA – Courte Utilisation (pointe fixe) :

  • La part de la puissance par rapport à l’énergie sera plus importante.
    • Coefficients de P x 5,84
    • Coefficients de E x 1,14
  • L’intérêt du dénivelé de puissance entre les postes horotarifaires sera nul, il faudra maitriser les puissances autant en été qu’en hiver
    • Augmentation x 4,32 en heure de pointe, pour un x 11,97 en HCE
  • Gains l’été et pénalisation l’hiver
    • Coefficients de l’énergie baisse de x 0,35 l’été,
    • Coefficients de l’énergie augmentation de x 1,45 l’hiver

VIGILANCE TURPE 6 : Qu’en est-il pour les clients qui consomment peu l’été et fortement l’hiver ?
Cette configuration, particulièrement répandue dans les collèges, université, lycées ne peut bénéficier du dispositif.
Nous simulons à la fin de cet article les augmentations subies en passant du TURPE 5 au TURPE 6.

BT > 36 kVA – Courte Utilisation :

  • La part de la puissance par rapport à l’énergie sera plus importante.
    • Coefficients de P x 2,36
    • Coefficients de E x 1,04
  • L’intérêt du dénivelé de puissance entre les postes horotarifaires sera plus faible, il faudra maitriser les puissances autant en été qu’en hiver
    • Augmentation x 1,38 en HPH, pour un x 9,59 en HCE
  • Gains l’été et pénalisation l’hiver
    • Coefficients de l’énergie baisse de x 0,35 l’été,
    • Coefficients de l’énergie augmentation de x 1,45 l’hiver

VIGILANCE TURPE 6 : Comme en HTA, les sites consommant peu l’été et surtout l’hiver seront doublement pénalisés. Ils bénéficieront peu de la baisse estivale et subiront l’augmentation hivernale. Exemple : les établissements scolaires

HTA et BT > 36 kVA – Longue Utilisation :

  • En Longue Utilisation les évolutions et tendances tarifaires sont dans une moindre mesure équivalentes à la version Courte Utilisation. Une différence : l’absence d’une augmentation hivernale des coefficients de l’énergie.

La double peine des HTA CU : exemple des collèges et lycées avec le nouveau TURPE

A périmètre constant (puissance souscrite et offre d’électricité identiques), un lycée en HTA CU paiera en aout 2024 (TURPE 6) 4 000 € HT/4 800 €TTC de plus que le 1er juillet 2021 avec le TURPE 5. C’est à dire environ 5% d’augmentation sur l’ensemble de la facture HT sans rien modifier, seulement avec le changement du TURPE 6.

A cela il faut ajouter l’augmentation de la taxe CTA Contribution Tarifaire d’Acheminement dont le montant est proportionnel à la partie fixe du TURPE à la hauteur de 27,04%. Dans la mesure où la composante fixe du TURPE va particulièrement progresser, la CTA va indirectement et mécaniquement augmenter.

Coef. moyens
Puissance et Énergie
Coefficients
de Puissance
Coef. moyens
de l’Énergie
HTA CUPuiss. : +484%
Energie : +14%
H. de pointe : +332%
HCE  +1097%
Hiver : +45%
Eté : -65%
BT>36 kVA CU Puiss. : +136% Energie : +4%H. de pointe : +38%
HCE : +859%
Hiver : +13%
Eté : -13%
La puissance reprend
du poids
Forte puissance estivale
L’intérêt du dénivelé s’estompe
La consommation est pénalisée l’hiver, avantagée l’été
traduction en pourcentage

En conclusion comment peut-on agir sur les tarifs ?

Le TURPE 6 change de façon de concevoir le prix du transport et redonne son poids à la Puissance. Les nouveaux modes de répartition et de compensation pénalisent cependant une catégorie : celle des consommateurs en option Courte Utilisation. En effet, là où les dispositifs doivent amortir les augmentations, c’est ce qui les pénalise. Le gain financier accordé par le dénivelé de puissance sera moins intéressant, rendant prévalent la puissance souscrite l’été. De plus, la baisse tarifaire de l’énergie en période estivale ne suffira pas à compenser l’augmentation hivernale chez les clients consommant principalement l’hiver. Les consommateurs en Courte Utilisation, consommant peu l’été et principalement l’hiver, seront doublement pénalisés (chauffage électrique, établissement scolaire).

RSW peut dans une première étape vous aider à optimiser de manière tarifaire votre TURPE. Pour générer encore plus de gains sur votre TURPE et par la même occasion sur les autres composantes de votre facture d’électricité (consommations, mécanisme de capacité, CEE, etc…) RSW peut vous proposer une optimisation technique de votre installation et de vos équipements énergivores.

Le Turpe 6 laisse des zones grises impossibles à détecter en tant que client consommateur ou à modifier sans être un expert spécialiste de l’électricité, des réseaux et des fonctionnements des entreprises et des organisations.

Johann SIMON CEO RSW.net

Découvrez plus d'articles sur ce sujet

Contrat d’électricité entreprise : bien comprendre le tarif jaune EDF

24 August 2021

De nombreuses entreprises doivent souscrire au tarif jaune EDF, aujourd’hui renommé segmentation C4. ...

Analyse

Tarifs EDF pro : quelles conditions d’éligibilité aux tarifs réglementés ?

9 June 2021

Si vous êtes chef d’entreprise, quelle que soit votre activité professionnelle, vous avez besoin de souscrire un contrat...

Analyse

COVID-19 : actions <> réactions des acteurs de la filière électricité.

3 September 2020

La crise du Covid19 est un cas d’école car les parties prenantes ont dû s’adapter rapidement. ...

Analyse
Gestion de l'énergie